64 Disk Drive

Dans une vie de collectionneur, on se fixe toujours un Saint Graal.
Pour ma part il s’agit du Disk Drive 64 et il est aujourd’hui mien. ^^
Mes autres Objectifs étant le Nec Lazeractive avec les modules Megadrive & PC Engine et le WonderMega RG-M1.

J’ai acquis mon DD64 (abréviation de Disk Drive 64) sur la Bay, le vendeur était le webmaster du site de référence sur cette appareil: www.DD64.net.

Le DD64 est un module du même genre que le Mega CD qui se met sous la Nintendo 64 et qui permet de lire des disquettes ressemblant à des disquettes ZIP d’une capacité de 64MB ré-inscriptible.

Voici comment se présente l’engin:

normal_Nintendo-64DD-docked.jpg

normal_hard00.png

Cet appareil n’est sortie qu’au Japon le 11 Décembre 1999, et seulement 10 jeux sont sorties sur ce support.

A quoi çà sert?

Le 64DD augmente très nettement les capacités de la N64. Plus de RAM et des jeux qui pourront contenir jusqu’à 5 à 8 fois plus de données que les cartouches classiques. Il augmente aussi bien le contenu graphique des jeux, la durée et la qualité du son et de la musique qui devient stéréo surround.

La ré-inscriptibilité des cartouches permet de modifier vous-même les graphiques de certains jeux et construire vos propres niveaux. (Editeur de circuit et de Vaisseaux dans F-Zero ou construction d’une ville en 3D dans Sim City 64)

Le modem permet des parties en réseaux et le “surf” sur le Nintendo World Wide. C’est la société RandNet qui assurait la connexion à internet sur tout le territoire japonais.

Comment l’obtenait-on?

Soit directement en magasin avec le DD64 seul ou par abonnement.
Pour l’abonnement de 20€/an, on recevait par la poste toute la panoplie à savoir la console, les accessoires, tel que le modem non fournie dans le pack de base afin se connecter au RandnetDD (serveur dédié au 64DD), ainsi que sept des dix jeux sorties alors.

Version seul du commerce:

hard05.png

normal_DSC00723.jpg

normal_DSC00725.jpg

Version avec abonnement:
normal_NIN_RandnetD_1A.jpg

normal_url.gif

normal_NIN_RandnetD_1C.jpg

Ci-dessus la photo du contenu de la boite du DD64, avec la disquette dans son boitier permettant d’accéder au réseau RandnetDD, le cable reliant à la prise téléphonique et la cartouche servant de modem pour jouer en ligne sur laquelle se trouve l’autre prise téléphone:

hard30.pnghard31.png

Etait aussi inclus d’office le Ram Pack que nous avons aussi connu en Europe notamment pour jouer à Donkey Kong 64:

hard20.pnghard21.png

Liste des jeux !

Japan Pro Golf Tour 64
Sim City 64
Mario Artist: Paint Studio
Mario Artist: Polygon Studio
Mario Artist: Talent Studio
Mario Artist: Communication Kit
Kyojin No Doshin 1
Kyojin no Doshin: Kaihou Sensen Chibikko Chikko Daishuugou (alias Kyojin No Doshin 2)
RandnetDD Disk
F-Zero X Expansion Kit

Et au détail:

Japan Pro Golf Tour 64

soft80.png

normal_DSC07412.jpg

normal_DSC07656.jpg

Pour Japan Pro Golf Tour 64, pas trop d’info si ce n’est que ce fut le seul jeux jouable en ligne sur le serveur RandnetDD, et oui, pas de F-Zero online :’[ . Bon je ne m’étend pas plus, juste une petite vidéo pour le principe mais bon, c’est pas très parlant:

VIDEO YOUTUBE

Sim City 64

normal_DSC07416.jpg

normal_DSC07646.jpg

soft30.png

Certes, en Japonais, le jeu s’annonce délicat mais puisqu’il se trouve avec le pack, je ne vais pas cracher dessus. Voilà ce que j’ai pu trouver comme info:

Les capacités du 64DD vont vous permettre, à partir d’une vue aérienne de zoomer jusqu’au bitume des rues de votre ville, et tout cela en haute résolution (640×480). Vous pourrez même importer des textures que vous aurez créées avec le logiciel “Mario Artist” et “mapper” (couvrir) les murs des maisons de ces textures. De la même manière qu’il vous est possible de zoomer à l’intérieur de votre ville, votre rôle de maire sera tout aussi proche des habitants: vous devrez gérer les écoles, les bureaux… Sans compter bien-sûr sur les petits imprévus qui viendront compliquer votre tâche, tels que les tremblements de terre, les débuts d’incendies et autres catastrophes naturelles.

VIDEO YOUTUBE

Mario Artist: Paint Studio

soft10.png

Ce titre dispose de fonctionnalités assez riches, qui ressemble beaucoup à d’ancien Photoshop. Des cliparts de Rare, Nintendo et de la série Pokemon sont présent. Le jeu permet l’utilisation de la souris et de la cassette afin importer des capture d’images fixes à partir d’une caméra vidéo. Vous ne pouvez pas imaginer à quelle vitesse le programme dédié à la capture d’image démarre. Avec seulement un processeur à 100mhz et quelques Mo de Ram, je peux vous assurer que de nombreuses cartes de capture vidéo et d’édition pour les ordinateurs personnels ne sont qu’à moitié aussi rapide et facile à utiliser. Parmi les autres fonctions, il y a la possibilité d’importer / exporter des données parmi d’autres logiciels DD 64 (les autres disques Mario Artist et Simcity 64).Il y a aussi un joli safari-like dans lequel vous pouvez prendre des photos de dinosaures. Ce petit jeu prend avantage de l’horloge du DD 64 pour changer le soleil et les paramètres de comportement des dinosaures.

La vidéo n’est pas la meilleurs, mais il y en a peu de ce Mario artist:

VIDEO YOUTUBE

Mario Artist: Polygon Studio

soft70.png

Là encore, impossible à croire programme une telle facilité pour créer des modèles 3D, d’importer/exporter des données à partir des autres Mario Artist studios. Il pousse la Nintendo 64 à ses limites: l’extension immédiate, morphing, le lissage et autres effets complexes en un rien de temps. Vous pouvez aussi remettre votre disque chez un revendeur Nintendo Officiel qui vous imprime votre modèle à «plat», pour construire vous-même votre modèle papier en 3D! Incroyable! Je ne sais pas si une imprimante personnelle était prévue, mais c’est très probable.

Excellente vidéo pour bien se rendre compte des capacités du jeu:

VIDEO YOUTUBE

Mario Artist: Talent Studio

soft40.png

Ce programme vous permet de créer des personnages en 3D modifiés avec des caractéristiques uniques. Là encore, on utilise une interface simple mais puissante qui vous permet de faire des parodies de vous simplement en important un visage de la cassette de capture ou une image de Mario Artist: Paint Studio. Vous n’allez pas le croire avec quelle facilité on transforme les détails tels que les cheveux, les yeux, les oreilles et le nez avec quelques commandes simples. Le modèle que vous construisez peut danser lors d’un jeu du genre Karaoke… Si cela ne vous suffit pas, vous pouvez aussi exporter les modèles en 3d Mario Artist: Polygon Studio.

Voici d’ailleurs une petite vidéo de ce que l’on peut faire, taper Mario Artist 64DD dans Youtube, il y a des dizaines de résultats:

VIDEO YOUTUBE

Mario Artist: Communication Kit

soft60.png

Ce titre vous permet d’importer et d’exporter des données à partir de tous les titres Mario Artist vers le serveur RandnetDD. Une fois en ligne, il y a la possibilité d’utiliser votre propre personnage créé dans une communauté virtuelle, tout comme sur la cartouche Super Famicom BS-X de l’époque: mais au lieu d’être seulement 2D, l’environnement est en 3D et l’on peut circuler et de rencontrer des gens. Il profite de la cartouche Modem.

Vidéo de présentation du jeu, très simple car ce jeu sert ou plutôt servait à échanger des données sur le serveur RandnetDD lorsqu’il était encore actif:

VIDEO YOUTUBE

Voici les images des accessoires fournis avec les Mario Artist:

hard50.png

hard51.png

normal_hard60.png

normal_hard70.png

Ainsi que le clavier qui n’était pas fourni avec, mais je n’en suis pas sûr.

normal_hard80.png

hard81.png

Kyojin No Doshin 1

soft00.png

Kyojin no Doshin (巨人のドシン ou Doshin the Giant) est un jeu de stratégie développé et édité par Nintendo pour la console de jeu Nintendo 64DD. Un Add-on est sorti cinq mois plus tard sous le nom de Kyojin no Doshin: Kaihou Sensen Chibikko Chikko Daishuugou (alias Kyojin No Doshin 2) , proposant une perspective de jeu différente. Ce jeu a ensuite été porté sur Nintendo GameCube, bénéficiant d’une refonte graphique ; il est sorti dans cette version le 14 mars 2002 au Japon et le Date 20 septembre 2002 en Europe. Il n’a pas été édité en Amérique du Nord en raison d’un accord entre les sociétés Nintendo et Atlus sur la sortie d’un autre jeu de niche nommé Cubivore, sorti autour de la même période sur Gamecube.

Le joueur contrôle Doshin, un géant jaune. Doshin vit sur l’île Barudo et a pour mission de construire des bâtiments pour le compte des quatre tribu (ethnologie) de l’île (rouge, bleue, jaune et verte). Le jeu est temporellement subdivisé en jours dont la durée effective est de 30 min depuis l’aube jusqu’au coucher du soleil, à la manière de pikmin. Si les 15 monuments d’amour ou de haine sont érigés, le dernier sera construit. A l’issue de cette construction, on assiste à une cinématique montrant la destruction de l’île. Doshin tente alors de sauver les villageois mais échoue. Doshin dérive alors dans l’océan et se transforme lui-même en île. Le jour se lève sur la petite île de Doshin. Elle est habitée par des extraterrestre. Le joueur doit alors réussir la construction du dernier monument : un vaisseau spatial.

Doshin est le Géant (mythologie grecque) de l’Amour. En accomplissant de bonnes actions, les villageois lui témoignent leur affection et leur dévotion ce qui permet à Doshin de grandir. Doshin peut se transformer en Jashin, son alter ego maléfique : le Géant de la Haine. En accomplissant de mauvaises actions il provoque la colère des villageois et Jashin voit alors aussi sa taille augmenter.

Doshin est capable de moduler le relief du terrain (comme dans ”Populous”), prendre et manipuler des objets, des arbres.

VIDEO YOUTUBE

normal_DSC07418.jpg

normal_DSC09412.jpg

En prime et dans l’ordre, le guide book, le guide book encore et un fan book:

normal_DSC00753%7E0.jpg

normal_DSC00754.jpg

normal_DSC07523.jpg

Et comme à ce stade, vous avez déjà bien digéré ce long monologue, je remercie votre patience en vous offrant l’OST du Jeu Doshin the Giant dont voici le CD:

normal_DSC01130.jpg

normal_DSC01131.jpg

Kyojin no Doshin: Kaihou Sensen Chibikko Chikko Daishuugou (alias Kyojin No Doshin 2)

soft90.png

Aucune info sur ce jeux pour le moment si ce n’est qu’il cote la somme de 150€…

RandnetDD Disk

soft20.png

Le disk fournis avec le DD64 permettant de se connecter , de créer son compte etc.

Bon allez, passons au choses sérieuses.

F-Zero X Expansion Kit

normal_DSC07413.jpg

normal_DSC07654.jpg

normal_DSC07655.jpg

soft50.png

F-Zero X Expansion Kit n’est pas un jeu à part entière puisque pour y jouer, il est nécessaire de posséder F-Zero X (version japonaise). On peut même reprendre le terme de data disk pour qualifier ce jeu puisque son but avoué est de prolonger le plaisir du jeu F-Zero X avec de nouveaux éléments. Sans la cartouche originale, le jeu ne fonctionne pas, ce qui tend à prouver que le titre cible essentiellement les fans purs et durs. Les ajouts sont au nombre de quatre : un éditeur de véhicules, un éditeur de circuits et deux nouvelles coupes inédites, chacune composées de six courses.

L’éditeur de véhicules (ou “Create Machine Mode”) propose de créer son propre vaisseau, que ce soit sa forme ou même les couleurs qui le composent. La première étape de création consiste à déterminer la forme de votre véhicule en le customisant avec trois pièces différentes : l’avant du véhicule, l’arrière et les éventuels ailerons. Pour chaque pièce, un panel de 7 formes différentes est proposé ce qui dans l’absolu permet la création de 343 véhicules différents. Une fois l’architecture globale du véhicule défini, il est temps de passer à l’harmonie des couleurs. Il est alors possible de repeindre votre vaisseau de manière globale et plus particulièrement les bandes le long de votre véhicule, le cockpit, et le numéro de votre véhicule (le numéro 31). La suite consiste à définir ses capacités via ses caractéristiques techniques. A vous donc de noter l’accélération, le boost et l’adhérence de votre bolide. Bien entendu, il est impossible de créer un véhicule parfait avec des A pour chaque caractéristique. Après lui avoir donné un nom, vous pourrez ensuite concourir avec. Puisqu’à l’écran de sélection des vaisseaux, il n’y a de place que pour 30 véhicules, vous devrez en “écraser” un pour pouvoir y placer votre bolide customisé.

Par la suite, vous pourrez participer à toutes les courses et championnats que vous désirez avec votre propre véhicule. Par ailleurs, trois améliorations de bolides existants sont également proposées : le Super Falcon, le Super Stingray et le Super Cat (respectivement associés au Blue Falcon, au Fire Stingray et au White Cat). Le look diffère quelque peu des originaux mais ils bénéficient d’améliorations du point de vue performance (ce sont les seuls véhicules à avoir deux compétences au niveau A). Le “Create Machine Mode”, malgré une limitation qui se fait rapidement ressentir, permet de créer des tonnes de nouveaux véhicules. Les fans trouveront rapidement leur repère et arriveront sans peine à créer des vaisseaux originaux et qui leur correspondent plus. L’avantage des 32 Mo d’espace libre des disques 64DD ici se fait nettement ressentir puisque le nombre de modèles de vaisseaux que l’on peut sauvegarder pour réutiliser plus tard est réellement important.

La grosse nouveauté de l’Expansion Kit reste avant tout le mode Course Edit. Comme son nom l’indique, il permet de créer ses propres circuits et de donner corps à ses propres fantasmes de joueur. Autant annoncer la couleur de suite, pour qui ne pratique pas le japonais, les débuts dans ce mode risquent d’être particulièrement laborieux. Les menus (et sous-menus) sont entièrement en katakana et sont assez nombreux. Ceux qui désirent vraiment exploiter ce mode y arriveront cependant à force de persévérance (ou à l’aide de FAQs dispos sur le web qui traduisent les menus en anglais). Et ces acharnés auront bien raison de venir à bout du Course Edit car une fois maîtrisé, les possibilités sont gigantesques et il est alors possible de faire aussi bien sinon mieux que les développeurs originaux de F-Zero X.

Si le “Create Machine Mode” montre vite ses limites, ce n’est pas le cas de l’édition de circuits qui permet de réaliser quasiment tout ce que l’on désire.

Chaque circuit dans ce mode se compose d’une série de points reliés par un tracé qui compose la trajectoire du circuit. Vous pouvez placer les points où vous le désirez dans un environnement 3D qui composera votre espace de jeu. L’éditeur permet ainsi de placer 64 points au maximum (ce qui est très amplement suffisant). L’interface de l’éditeur de circuits est conviviale et n’hésite pas à signaler vos erreurs (comme l’intersection de segments de circuits). Une fois cette première étape finie, vous pourrez alors compléter votre circuit en précisant la nature des segments de circuits (tuyau, tube, portion sans rambarde, boucle ou encore absence de route) mais aussi en plaçant des éléments sur ceux-ci (mines, flèches accélératrices, glace, etc.). Par la suite, vous pourrez fignoler votre circuit en précisant la bande-son jouée, les éléments du décor présents et le look global de la course. Enfin, une fois les circuits de vos rêves concrétisés sur le disque, il sera possible de créer votre propre coupe, l’Edit Cup, composée des circuits que vous souhaitez, qu’ils soient issus de votre imagination ou bien qu’ils proviennent d’autres coupes.

Bref, le Course Edit est véritablement bien chiadé et on ne peut s’empêcher de penser que les concepteurs du jeu ont créé leurs différentes courses à l’aide de celui-ci puisque ces derniers sont entièrement éditables et modifiables. Si le Japonais reste un obstacle au début de la phase d’apprentissage, il s’estompe peu à peu à force de persévérance et les plus créatifs des fans n’auront aucune limite à leur imagination sur ce mode.

Pour tous les fanas de F-Zero X peu enclins à la création de nouveaux circuits, la grande attraction restent les deux nouvelles coupes offertes par le jeu. Nommées DD-1 Cup et DD-2 Cup, elles sont difficiles et devraient offrir de bonnes sensations, même aux blasés du Sector Beta. Mais plutôt que de disserter sans fin sur la qualité globale de ces circuits, rentrons plutôt dans les détails et examinons les particularités de chacun des circuits.

DD-1 Cup :

- Silence 3 : Un circuit vicieux composé en grande partie par des grands 8 que les concurrents devront parcourir sur la surface extérieure. Les plus grandes précautions sont donc de ne pas rouler trop vite pour éviter d’être éjecté de la piste.

- Sand Ocean 3 : La très grande majorité du circuit se déroule sur un tube (à l’instar de Space Plant 1) particulièrement sinueux qui obligera donc le joueur à effectuer de grandes manœuvres pour rester dans le creux de la courbe formé par le tube pour prendre un maximum de vitesse. Une course vraiment grisante !

- Devil’s Forest 4 : Un des circuits les moins durs de la coupe mais marqué par un passage assez impressionnant. Le pilote retombe dans un autre tube avant d’effectuer un nouveau saut sur un circuit redevenu plat. Outre ce passage, le circuit n’a pas de difficulté particulière si l’on sait bien négocier ses virages (très nombreux sur ce circuit souvent plat).

- Port Town 3 : Deux difficultés dans cette course : une série de bosses verglacées que la présence d’ennemis pressés n’arrange pas, et une réduction de route immédiate qui se fait en absence totale de rambardes. Le reste du circuit se compose en grand majorité de virages secs à 90° rendant la course délicate et assez mouvementé en mode GP.

- Devil’s Forest 5 : Le circuit a la forme du X de F-Zero X. et se déroule pour la moitié du temps sans rambarde. Des flèches de boost sont disséminés tout au long de la course vous permettant de prendre toujours plus de vitesse. Mais des virages particulièrement vicieux ne l’entendent pas de cette oreille et bien les négocier pour ne pas trop perdre de vitesse sera le principal challenge de ce niveau tout plat. Particulièrement ardu !

- Big Blue 3 : Purement jouissif, un vrai circuit de barge particulièrement mouvementé où un virage vicieux succède à un autre. Aucun piège ne vous sera épargné. En mode GP, il arrive même qu’une petite dizaine de véhicules seulement arrive à terme de cette course. Enfin, dernier point, le circuit peut s’enorgueillir d’une musique inédite à consonance particulièrement réussie.

DD-2 Cup :

- Mute City 4 : De bonnes sensations pour le dernier Mute City avec des successions de portions de circuits en forme de cuvette (comme White Land 2) dont un qui se réduit pour ne plus former qu’une petit cuvette sur laquelle un seul véhicule au maximum peut vraiment s’imposer. Excellent !

- Space Plant 2 : Cette course n’est qu’une succession de tremplins et de flèches de boost et ne devrait pas trop poser de problème. Malgré tout, les sensations sont bien présentes et comme pour tout circuit DDCup, il n’y a pas d’accalmie permettant de se gratter le nez.

- Port Town 4 : Si on pouvait donner un thème à ce niveau, ce serait indéniablement « champ de mines ». Ces derniers sont très présents sur la deuxième moitié de la course infestant les virages et faisant sauter les concurrents hors de la piste. Une couse difficile au début puis facile une fois que l’on a pris ses marques !

- Fire Field 2 : La plus facile des courses de la DD-2 Cup. L’originalité est que l’on commence la course la tête vers le bas et que l’on est remis d’aplomb par un court tube intérieur. Le reste de la course se déroule sans véritable accroc. C’en est presque reposant en comparaison des circuits précédents.

- White Land 3 : Un circuit en forme d’étoile particulièrement complet qui permet de gagner de grandes vitesses, avant de prendre des tremplins par exemple. Les pièges sont nombreux et c’est un véritable massacre en mode GP, les concurrents ayant apparemment beaucoup de mal avec ce circuit. Difficile mais quel pied !

- Big Foot : En forme de pied, Big Foot est le penchant difficile de Big Hand (le circuit qui finissait F-Zero X). Les pièges sont identiques mais en plus vicieux. Certains virages sont particulièrement difficiles à négocier, surtout en présence de concurrents.

F-Zero X Expansion Kit, au final, est un excellent titre pour qui a accroché au titre original sur N64. Les fans ne resteront pas insensibles, les autres passeront leur chemin. Le but est clairement défini par Nintendo, ce jeu ne s’adresse qu’aux personnes qui veulent continuer un peu plus l’aventure F-Zero X. Force est d’avouer avec l’Expansion Kit, la lassitude risque de ne pas gagner le joueur avant un certain temps, tant les possibilités offertes permettent de réaliser tous ses désirs.

Mais le gros avantage de l’Expansion Kit fait également son plus gros défaut : il tourne sur 64DD, un périphérique difficile à trouver dans nos contrées et relativement cher. Lorsque l’on sait, en plus, qu’on a besoin d’une console japonaise et du jeu F-Zero X dans la même langue pour profiter de l’Expansion Kit, l’addition se montre salée pour la grande majorité des joueurs. Et c’est bien là l’un des rares défauts du jeu : tous les fans de F-Zero X devraient pouvoir profiter de ce jeu mais peu nombreux sont ceux qui en auront l’occasion. Mais pour tous ceux qui peuvent se procurer ce titre, n’hésitez pas, c’est du tout bon !

Pour vous rendre compte, regarder ici !

Ce site montre des exemples et donne la méthode pour les enregistrer dans son Disk.

Sincèrement, çà a l’air démentiel.

Ah oui au fait, après recherche, il semble que la version Nintendo 64 Japonaise du jeu soit plus rapide :tpg:

Bon pour le fun le guide anglais de création de pistesà voir ici.

4. Conclusion

Voici donc la photo de mon DD64 gagné aux enchères:

normal_Ench%E8re%7E0.JPG

Sincèrement j’ai pris plaisir à le faire et ce pour deux raisons, évidement pour le plaisir de partager des infos avec notre petite communauté sur un sujet qui me passionne énormément, mais surtout pour la richesse du sujet lui même.

Je veux dire par là que lorsque je me suis mis en tête d’acheter un DD64, j’étais à mille lieux de penser qu’il était capable d’autant de prouesses. Je ne parle pas du faible nombre de jeux sorties mais que ces jeux sont extrêmement riches (bon pas forcement pour le golf quoique jouable online à l’époque).

Lorsque j’ai vu l’enchère sur le net du pack complet “RandnetDD version”, j’ai tout de suite eu en tête F-Zero X Expansion Kit, et aussi l’objet de collection très rare, pas les possibilités réels de la machine.

Ce sujet à été possible qu’après achat. Voilà comment cela s’est déroulé.

1. L’achat.

Je me suis renseigné sur les prix, chose assez difficile vu la rareté réel de l’objet. On en voit un peu plus ces derniers temps mais cela reste vraiment dur à dénicher surtout complet, pas en version commercial DD64 uniquement.

Après enquête et révision des comptes, je me suis fixé 600€ port compris, (mon anniversaire venait de tomber par chance) et je pense que ce prix est juste. Je comprend que cela peut être difficile à croire mais regardez plutôt:

Le DD64 seul en boite (sans abonnement) coûte environ 350€.

Il s’agit ici de la version que l’on ne pouvait obtenir que par abonnement, donc déjà plus rare.

Rajouter huit des dix jeux sorties, seul sont manquant le golf et Doshin 2 chacun cotant 250€ voir plus.

Rajouter tout les accessoires du DD64.

En plus une Nintendo 64 Japonaise complete en boite et 6 jeux Jap complet, cela vous donne un ordre d’idée.

Sans parler de la qualité des jeux N64 proposé: les deux Zelda, F-Zero, Mario Tennis, Wave race et Wonder Project J2.

De plus, les jeux sont plus rapide sur N64 Japonaise.

J’ai donc payé le tout 530€ + 40€ de frais de port soit 570€.

J’ai réuploadé les enchères de sorte que l’on peux voir la bataille des prix car la première fois l’image n’était pas clair.

thumb_Prix.JPG

Entre 20h32 et 20h35, si mon nom apparaît plusieurs fois c’est que quelqu’un enchérit mais ne dépasse pas ma mise maximale, donc je remporte encore l’objet.

Comme on le voit, deux autres personnes ont mis plus de 500€ tout près du but.

2. La découverte.

Une fois la victoire en poche (et encore ce n’est qu’une histoire de sous mais pour le prix, je considérais çà comme une victoire) j’ai déjà pris quelques minutes de repos car les anchères à ce niveau çà STRESS vraiment énormément, je peux vous assurez que j’avais le coeur qui battait à 100 à l’heure.

(Je passerais sur l’épisode ou j’ai gueulé comme un putois, U=l )

Bref, c’est à partir de ce moment là que je suis parti à la chasse aux infos.

C’est vraiment là que j’ai passé 4 jours complet sur le net à tout comprendre de la bête.

C’est vraiment après deux jours que je me suis rendu compte que je venais d’acquérir un objet de collection avec lequel j’allais beaucoup jouer. Je serais fier de vous présenter mes circuits créé dans F-Zero et d’y jouer avec vous. Je pense réellement que c’est une petite merveille.

Dans tout les objets que je convoite pour ma collection, c’est définitivement celui qui restera le plus surprenant et peut être aussi le plus rare pour moi. (çà mérite une larme je vous assure que c’est un Saint Graal pour le collectionneur que je suis :’[ )

On ne se rend pas encore bien compte de l’interactivité des jeux. On peut par exemple se prendre en photo en branchant une caméra à une des cartouches de Mario Artist et exploiter sa photo. On peut ensuite l’exporter vers d’autres jeu et mapper son visage ou tout ce qu’on veut par exemple sur la carrosserie des bolides de F-Zero.

Mais bon un mec sur le net à dit: “People laugh because we pay more for a 64DD set than a PS3, but really…Once you have opened a randnet box and mmmm, the smell, you think ‘PSWhat?, look what I got from japan today!”

Notice du DD64 hors pack.

Notice du DD64 Packed.

Article rédigé par Emperor Udan (bon ok avec pas mal de copier collé mais on ne change pas une équipe qui gagne).

Comments are closed.